Hello vous, ça fait longtemps ! Trois mois presque ! Si vous vous demandiez où j’étais passée la réponse est… dans les Alpes ! Plus précisément à Valmorel, en Haute-Savoie. Et là, vous vous dites « mais pourquoi est-elle à la neige alors qu’elle adore la Méditerranée ? » Eh bien, j’ai été engagée en tant que community manager au Club Med et on m’y a envoyé pour la saison d’hiver ! Entre vie de village, professionnelle et sociale, je raconte…


Avec ses destinations exotiques, son logo en forme de trident, et ses publicités qui laissent rêveurs, tout le monde connaît le Club Med. Et moi, je rêvais d’y travailler… Alors quand j’ai obtenu mon master communication en septembre dernier, j’ai postulé dans la foulée pour intégrer cet univers aussi attirant que mystérieux !

Comment postuler

C’est simple, sur le site internet. Il y’a une multitude d’offres d’emplois pour les différents corps de métiers. Pour ma part, l’offre était « eGo Content & community manager ». Il est juste demandé d’envoyer un C.V. et une lettre de motivation, une vidéo est un plus. Une semaine après, on m’a contacté pour me dire que j’avais été sélectionnée et que la phase suivante consistait à remplir un « digital test ». Cela m’a pris environ 2 heures, il fallait remplir un pdf avec des questions type « Quelle est selon vous la stratégie de communication du Club Med ? » ou bien encore il fallait trouver des instagram captions pour des photos ainsi qu’envoyer une création digitale de son choix. J’ai donc crée cet Instagram avec comme bonus une story à la une racontant mon parcours. J’y ai consacré un peu de temps et ça me tenait vraiment à coeur. Une fois tout envoyé, j’ai patienté…

Cinq jours plus tard, un digital expert du Club Med basé à Lyon m’a téléphoné. J’attendais la réponse avec tellement d’impatience ! Mon travail avait apparemment plu et j’étais sélectionnée pour passer un entretien via téléphone. J’ai raconté mes expériences passées, ma scolarité, mes passions… puis on m’a posé des questions techniques en webmarketing et communication. J’avais un bon feeling et je le voulais ce poste !!

Quelques jours plus tard, une DRH m’a appelé pour m’annoncer que j’étais prise ! J’ignorais alors la destination et c’est là que j’ai entendu « Dans les Alpes ». O.K., j’étais un peu déçue, je m’attendais tout de suite à une destination exotique et tropicale et on m’envoyait « juste » en France. Mais c’était une opportunité, un nouveau challenge que je voulais relever. Alors j’ai dit « Go ! ». Bon, maintenant il fallait juste que je l’annonce à mes parents « Papa, Maman, je repars… » Cela n’a pas été facile, comme à chaque fois que j’ai la bougeotte…

La formation d’eGO

Avant de partir en saison, j’ai eu le droit à une formation d’une dizaine de jours afin d’apprendre les bases du Club Med dans les Alpes, plus précisément aux Arcs Panorama. J’ignorais à quoi m’attendre et j’ai été plus que ravie !

La formation a duré 10 jours, pendant lesquels j’ai créé, shooté, tourné, retouché, monté. J’ai admiré le sunset sur le Mont Blanc. J’ai croisé un acteur américain, assisté à un spectacle d’hypnose et à celui d’un humoriste et j’ai joué au baby foot contre l’un des plus grands blogueurs français (indice c’est un brun barbu qui fait aussi des vlogs). J’ai sauté d’une structure de plusieurs mètres sur un énorme matelas, j’ai dépassé mes limites, outrepassé mes peurs. J’ai appris, fait des erreurs. J’ai vécu la vie d’hôtel, me suis réveillée tous les matins devant un paysage blanc. Mais j’ai surtout rencontré des personnes exceptionnelles et partagé des moments dont je me souviendrais longtemps.

Après cet apprentissage auprès d’ autres eGO, je suis retournée chez moi quelques jours avant de partir pour la saison à Valmorel le 5 décembre…

La découverte du Club Med…

Je n’avais jamais eu la chance de partir en vacances dans un des Clubs Med avant cela donc c’était clair : j’étais novice. Je ne connaissais aucun crazy signs, ni pourquoi le chiffre fétiche était le 45, j’ignorais ce qu’était un « happening » et quel rôle avait le « Chef de Village ». J’ai tout appris petit à petit… Il faut dire que l’ambiance est hyper bienveillante. Tout est fait pour que vous vous sentiez bien, du buffet du petit-déjeuner aux soirées à thèmes en passant par les jours OFF où vous pouvez profiter du jaccuzzi extérieur, de la piscine ou bien même du forfait ski à 100 euros pour la saison !

Attention, je ne dis pas que tout est toujours rose. Au contraire. C’est fatiguant, exigeant et devenir GO vous demande d’être hyper présent. Mais si le travail ne vous fait pas peur, que vous êtes sociables et que vous avez envie de vivre une expérience à couper le souffle, foncez ! J’ai vécu des choses incroyables, indescriptibles et qui resteront à jamais gravés dans mon coeur et ma mémoire.

Oui, on va vous demander de faire les arrivées le dimanche, à pousser des chariots à bagages et accompagner les GM (= clients) dans leur chambre, ou bien même sortir des bagages du coffre d’un bus alors qu’il neige tellement que vous ne voyez pas à 5 mètres. On va vous demander de vous déguiser, d’être parfois serveur, animateur, danseur… et j’en passe. L’enrichissement est permanent et tellement inspirant !

Les missions d’un Community Manager appelé « eGO »

Au sein d’un Resort, l’eGO est chargé du contenu digital ainsi que des réseaux sociaux afin de mettre en avant les informations ainsi que les offres promotionnelles. Je devais ainsi m’occuper des écrans TV dans le Village en diffusant un contenu adapté, l’application de mon Resort en gérant le contenu photo et rédactionnel, gérer les réseaux sociaux (Facebook et Instagram) et répondre aux commentaires sur TripAdvisor. Parallèlement à cela, j’avais parfois d’autres missions comme créer des affiches, des vidéos et une fois par mois j’avais un « social media report » (= rapport des réseaux sociaux)

Ce que je préférais, c’était la création de contenus. Je prenais la GoPro, ou le Reflex, et je partais en expédition pour prendre des photos. J’aimais aussi photographier les superbes buffets que les équipes de cuisine mettaient en place. Toutes ces dispositions et couleurs étaient un plaisir à capturer !

Ma journée type

Si vous me suivez sur Instagram, vous savez sûrement à quoi ressemblait ma vie à Valmorel via mes stories… La routine n’était pas la même en fonction des jours alors j’ai choisi le lundi, car c’était ma journée préférée (oui, oui !)

9h30: Petit déjeuner dans la salle été. Un mélange de sucré/salé et de jus frais.

10 à 16h (avec pause quand je le souhaitais): Travail au bureau avec lecture des mails, organisation des shootings de la semaine, mise à jour des écrans, création de stories…

16h: TEA TIME ! J’avais 4 moments de « Vie de village » par semaine dont 2 fois le goûter. J’étais déguisée et chargée de débarrasser tout en discutant avec les GM’s.

17h30: en fonction de la charge de travail, soit je retournais à mes photos, Lightroom et Instagram ou alors je montais me préparer.

18h45: Réunion avec tous les GO puis contact avec les GM à l’heure de l’apéro.

19h à 20h30: Dîner avec les GMs

20h30: Rendez-vous en coulisse pour se préparer pour le spectacle « WAKANDA »

21h15: Showtime ! Habillés de costumes tribaux et de maquillage fluo, rendez-vous sur scène pour mettre le feu ! J’adorais danser en compagnie des autres GOs !

22h: Crazy sign et soirée fluo ! La meilleure soirée de la semaine !

La vie personnelle

Travailler au Club Med, c’est y vivre, 24h sur 24, 7 jours sur 7. On est logé et nourri (et très bien en plus). En fonction des resorts, vous avez des colocs ou non et quand vous êtes en couple, vous pouvez demander une chambre commune auprès des ressources humaines.

Vos collègues deviendront vos amis voir votre famille. Il est impossible de se « sentir seul » et vous deviendrez hyper sociables par toutes les interactions que vous ferez au cours de la journée. 

Et la suite..?

Au cours de la saison, mon affectrice m’a appelé pour savoir comment j’allais, quel était mon ressenti par rapport à mes missions et mon environnement et si je souhaitais continuer. LA RÉPONSE ÉTAIT OUI, évidemment. J’étais tellement épanouie…

Le 4 avril, j’étais alors sensée partir pour une destination Méditerranéenne, malheureusement avec le contexte actuel, ce n’est plus au programme tout de suite…

Je ne retiendrais que le meilleur et je suis si reconnaissante d’avoir rencontré des personnes aussi merveilleuses. J’ ai déjà hâte à la prochaine saison !


A très vite pour de nouvelles aventures…